question : vos propositions pour les personnels BIATSS

 

 

 

 

Question :

La liste BIATS UNIS VERS UBO me demande de formuler à l'ensemble de ces collègues votre projet et vos propositions pour les personnels BIATS.

Vous avez évoqué différentes politiques en faveur des personnels et notamment BIATSS. Je suis étonné que vous n'ayez pas précisé les montants des budgets, non uniquement en masse salariale, que vous envisagez de mobiliser.

 

Réponse :

La situation et les perspectives d’avenir des personnels BIATSS doivent être regardés sur plusieurs angles : conditions de travail, traitement, perspectives de carrière. Elles impliquent aussi la question de l’emploi contractuel.

La question des conditions de travail, à une époque où la charge globale de travail ne cesse de s’accroître, est à mes yeux cruciale : elle impliquera dans les années à venir la poursuite et l’extension de la démarche « bien-être » et l’utilisation de la cartographie des métiers en cours de réalisation. Tout ceci permettra une meilleure prise en compte de la réalité du terrain, des spécificités de chaque poste.

La question du traitement, et donc aussi du régime indemnitaire, est elle aussi bien sûr fondamentale, après tant d’années de gel du point d’indice. Si l’UBO devra demain continuer à œuvrer dans les différentes instances (CPU notamment) en faveur de son dégel, il va de soi que le poids de notre voix, vis-à-vis d’un point qui concerne l’ensemble de la fonction publique, ne saurait être sur ce point surestimé. En revanche, comme j’ai pu le dire pendant le débat, il est à mes yeux impensable de laisser décroître le pouvoir d’achat d’agents de l’UBO, du fait de l’effet combiné du gel du point d’indice et de la hausse des prélèvements. Nous devrons donc utiliser le régime indemnitaire pour au moins compenser cet effet combiné, et peut-être davantage, en fonction de notre situation financière globale. A ce titre, et afin de répondre à Arnaud Guéguen, on peut noter que l’augmentation du coefficient pour 2016, votée au CA de novembre 2015, représentait déjà 145 000 euros environ au total. Un effort de même ampleur au moins doit pouvoir être réalisé, par la réduction d’un certain nombre de dépenses et aussi par l’essor que nous entendons donner à nos ressources propres, via la création de la cellule de développement économique. Il n’est pas possible en revanche d’être à ce jour plus précis, dans la mesure où le poids du GVT sur le budget global risque d’être considérable et devra aussi être pris en compte.

Concernant les perspectives de carrière, des efforts structurants ont été accomplis ces deux dernières années en matière de possibilité de changer de BAP, d’ouverture à la formation continue et aux systèmes de reconnaissances des acquis (VAE entre autres). Ces efforts seront bien sûr poursuivis, accompagnés d’un focus sur l’incitation à des stages de mobilité internationale (et donc à la formation en langue étrangère).

 

Enfin, la question de la précarité des personnels contractuels m’a souvent été posée pendant la campagne. A mes yeux la charte de l’emploi contractuel était une nécessité, en matière de transparence, de responsabilité de l’employeur et de construction d’un accompagnement personnalisé sur le long terme. Les critères concernant les fonctions « CDIsables » qui sont en place doivent faire leur preuve, dans la limite naturelle de la primauté donnée à l’emploi fonctionnaire, et nous devons aussi construire, dans le cadre des contrats d’objectifs et de moyens, une relation de confiance avec les composantes, services et laboratoires pour la construction d’une gestion prévisionnelle ambitieuse, mais compatible avec la santé financière de l’établissement. C’est l’un des aspects importants des contrats pluriannuels que de permettre, au bénéfice des agents, une vision à plus long terme de la marche de l’établissement.

 

Toutes ces questions donneront lieu à une concertation étendue durable dans le cadre des instances compétentes, qu'il s'agisse du comité technique, du CHSCT, de la CPE, de la CCP-ANT ou bien sûr du conseil d'administration et du conseil académique de l'UBO.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Matthieu Gallou