Quel est votre positionnement par rapport à l'UBL ?

 

Question :

Bonjour,

Quel est votre positionnement par rapport à l'UBL ? L'UBO va-t-elle consacrer des ressources ? Comptez-vous mutualiser des postes notamment des fonctions support (RH, com, finance...) ? Candidaterez-vous à des fonctions dans la COMUE ? Bien à vous

Alan Smithee

 

 

Réponse :

Bonjour, Monsieur Smithee,

J’ai déjà esquissé, en répondant à une autre question (ici), mon positionnement général par rapport à l’UBL et vais donc répondre aux questions plus concrètes que vous posez.

L’UBO va consacrer des ressources à l’UBL comme elle en a consacré à l’UEB, sous la forme d’une cotisation annuelle. A cet égard, une étude, menée en 2014, a montré que chacun des établissements membres de l’UEB avait reçu de l’UEB des moyens supérieurs au montant total de son apport via les cotisations : financièrement, l’UEB a ainsi été un bon investissement pour l’UBO, un investissement qui a produit plus de ressources qu’il n’en a coûté, et j’espère bien entendu que ce sera la même chose pour l’UBL.

En dehors de cette cotisation, l’UBO n’est pas engagée et ne s’engagera pas à transférer à l’UBL des postes, que ce soit dans les fonctions supports ou ailleurs. Le modèle UBL (lauréat de près de 110 postes Fioraso, je le rappelle) n’implique en rien le transfert de personnels depuis les membres vers la ComUE et c’est un modèle qui me convient très bien : l’UBO manque cruellement de ressources humaines, comme le montre chaque campagne des emplois, il serait donc très paradoxal d’en transférer à un autre établissement. Il pourra bien sûr exister à l’avenir des moyens mutualisés au sein de l'UBL, mais ce seront de nouveaux moyens, pas des moyens prélevés sur les établissements membres.

Concernant le futur exécutif de l’UBL, la question n’est pas tranchée dans les statuts, en dehors de la fonction de président, qui est incompatible avec la présidence d’une université membre. Cela dit, à titre personnel je ne suis pas favorable à l’idée que les présidents d’université prennent eux-mêmes des responsabilités opérationnelles à l’UBL : même si Pascal Olivard, en présidant l’UEB ces dernières années, a beaucoup apporté à l’UBO, j’estime que dans les années qui viennent, l’UBO aura besoin d’un président à plein temps.

Je suis donc candidat à la présidence de l’UBO, et à rien d’autre.

Bien à vous,

MG

avis aux lecteurs : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alan_Smithee

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Matthieu Gallou